Menu
2 avril 2019

Connaissez-vous bien les exploitations laitières françaises ?

Avec ses 57 000 exploitations laitières pour une collecte annuelle moyenne de 25 milliards de litres de lait, la France est le deuxième pays producteur en Europe, derrière l’Allemagne et devant le Royaume-Uni. Pourtant, loin des idées reçues, les exploitations françaises sont bien souvent de petites à moyennes entreprises familiales, qui se transmettent de génération en génération.

 

Petits troupeaux et grands espaces

Selon le CNIEL, l’interprofession de la filière laitière, les exploitations laitières françaises comptent en moyenne 92 hectares, dont 32 hectares de prairies pâturée par les vaches ou produisant les fourrages, soit l’équivalent de 45 terrains de foot ! 97% de la collecte est issue de vaches laitières, bien  devant le lait de brebis ou de chèvre. En France, une ferme laitière compte en moyenne 62 vaches, loin de l’image de la ferme des 1000 vaches,. Et bien en-deçà de la Nouvelle-Zélande (premier pays exportateur de lait de vache dans le monde, avec une production équivalente à la France), où les troupeaux sont en moyenne de 400 vaches par ferme.

 

Une tendance à l’agrandissement et au regroupement

Si les exploitations laitières sont présentes sur l’ensemble du territoire français, 46% des exploitations laitières se situent dans les régions Bretagne, Normandie et Pays de la Loire. La tendance est actuellement au regroupement des exploitations. Aujourd’hui, 30% des fermes sont rassemblées sous forme sociétaire, en GAEC (Groupement Agricole d’Exploitation en Commun) ou EARL. Les éleveurs entendent ainsi se créer de meilleures conditions de travail, de revenu et de vie. Ils peuvent par exemple mutualiser leurs compétences, s’entraider pour les travaux astreignants, ou encore abaisser les coûts de mécanisation en partageant leurs outils. 99% des fermes laitières sont familiales et chacune a son histoire. Bien souvent, ces fermes sont occupées par un éleveur avec son ou sa conjointe. 80% de la main d’œuvre est issue de la famille de l’exploitant.

 

Une grande diversité des cheptels français

La taille modeste des troupeaux laitiers français permet de maintenir une grande diversité de races de vaches. Si la Prim’Holstein reste la première vache laitière, en France et dans le Monde, d’autres races sont également présentes comme la Montbéliarde et la Normande, ainsi que des races plus locales dans le cadre des filières AOP.