Menu
25 septembre 2018

Le Groupe sera présent au Salon du Bio

Nous serons présents au salon professionnel dédié à l’agriculture biologique à Retiers (Bretagne) mercredi et jeudi. Le Groupe s’est engagé depuis 1993 dans ce mode de production à travers des dispositifs d’accompagnement destinés aux éleveurs. C’est l’occasion de revenir aujourd’hui sur le défi que représente la conversion des terres pour répondre à la demande croissante des produits biologiques.

 

Le défi de la conversion des terres face à la demande croissante des consommateurs pour le Bio

La demande de produits biologiques ne cesse d’augmenter en France. Selon le baromètre Consommation de l’Agence Bio publié en janvier 2018, près de 3 Français sur 4 déclaraient consommer au moins un produit bio par mois. Ils sont même 85% à considérer important de développer l’agriculture biologique.

Cet essor de la production biologique traduit bien plus qu’une simple préférence de goût de la part des consommateurs. Il représente une véritable évolution des attentes sociétales, que ce soit en termes de santé, de préservation de l’environnement ou de bien-être animal.

Mais ce changement de paradigme impacte fortement l’ensemble des filières agricoles. La transition vers une production biologique exige de nombreuses adaptations des pratiques, de l’exploitation à la transformation, en passant par les circuits de collecte.

 

Le challenge de la conversion

Ce challenge de la conversion, de plus en plus d’éleveurs sont prêts à le relever. La filière de l’élevage est l’une des plus dynamiques dans le bio, avec près de 194 000 vaches élevées en bio en 2017 soit une hausse de 27% par rapport à 2016 selon l’Agence Bio. Cet engouement pour la production biologique ne doit pas faire oublier que la conversion des terres reste une opération complexe à mener qui n’est pas sans risques pour les éleveurs. La conversion d’une ferme conventionnelle en exploitation biologique nécessite en effet 2 années de préparation. Et une fois certifiée, les débuts peuvent être difficiles avec la baisse des rendements, la hausse de la main d’œuvre, le changement alimentaire des vaches, et les nouvelles techniques à maitriser pour la gestion des pâturages.

 

L’accompagnement du Groupe Lactalis dans la transition vers le Bio  

C’est pourquoi, dès 1993, le Groupe Lactalis a fait le choix de s’engager dans ce mode de production à travers des dispositifs d’accompagnement destinés aux éleveurs. Dans les années 1990, il n’y avait en effet ni aide de l’Etat ou de l’Europe pour faciliter les conversions au Bio des éleveurs pionniers.

Il y a 25 ans, le Groupe Lactalis a ainsi commencé par accompagner 6 éleveurs partenaires dans leur conversion au Bio, permettant la commercialisation de la 1ère bouteille de lait bio demi-écrémé du Groupe en 1995. Depuis, 500 éleveurs ont été accompagnés et 107 sont actuellement en cours de conversion. Cela représente au niveau foncier, l’équivalent de 10 terrains de foot convertis par jour depuis 25 ans.

Concrètement, l’accompagnement proposé aux éleveurs débutent par la réalisation d’un audit par des techniciens. Ce point d’étape permet aux éleveurs de projeter leur exploitation à 2 ou 3 ans et de s’assurer que toutes les conditions sont réunies pour pouvoir mener le projet à son terme. Pendant les années de conversion, des visites et un nouvel audit sont réalisés pour suivre l’évolution de la transition avant le passage de la certification pour l’obtention du label biologique européen. Une fois l’exploitation certifiée, les éleveurs continuent à bénéficier de conseils et de formations sur de nombreux sujets, comme l’agrofourniture, les bonnes pratiques en matière de lutte biologique contre les nuisibles, le bien-être animal du troupeau, l’équilibre alimentaire des vaches, le respect de la biodiversité et du territoire ou encore l’autonomie agricole.

 

Un engagement durable dans la production biologique

D’1,8 millions de litres de lait bio collectés en 1995 à 170 millions aujourd’hui, le Groupe Lactalis souhaite poursuivre ses efforts pour accompagner la croissance de la production biologique. L’histoire du Bio continue de s’écrire et le Groupe Lactalis y contribuera, en cherchant à assurer le renouvellement des générations de producteurs bio, en travaillant à une meilleure adéquation entre les niveaux de collecte et les besoins du marché, en alimentant la réflexion sur l’amélioration des techniques de production et de fabrication des produits laitiers bio, et en maintenant ses investissements dans ses ateliers bio de transformation.

 

Pour en savoir plus: www.salonbio.fr